La poésie et l'art de T Newfields

Index
Alphabétique
Index
Chronologique
Index
Thématique
Index
1er Ligne

T Newfields: Autoportrait en vert (c.2011)
Pourquoi un idiot d'Américain, quasi incapable d'aligner trois mots en français, tente-t-il de réaliser un livre de poésie dans cette langue ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de s'intéresser à une autre plus profonde : qu'est-ce que la poésie ? Pour cet auteur en particulier, la poésie est simplement une excuse permettant l'expression de l'art. Les mots en eux-mêmes sont secondaires par rapport à la composition globale.
Comme dans beaucoup de ces poèmes les mots deviennent des représentations imagées, on pourrait facilement qualifier cette parution "d'art lettriste" (dans l'esprit d'Isou) plutôt que poésie simple. Bien que certains des travaux de ce volume aient subi l'influence "anti-poésie" de Parra, tous n'entrent pas avec fluidité dans un seul genre. Beaucoup de ces oeuvres incluant des dialogues, il serait tentant de voir ce volume comme de la prose agrémentée de commentaires poétiques imagés. Cependant, et pour être honnête, ces travaux n'ont pas plus d'unité que la vie chaotique de l'auteur. Aussi, ne vous inquiétez pas si certains de ces mots vous semblent incompréhensibles; si beaucoup sont illisibles, c'est plus qu'un accident. En fait, l'auteur nous encourage à ne pas trop nous accrocher à tous ces mots, pour finalement leur permettre de se fondre en une vaste et incompréhensible polyphonie de nuances sur fond de silence. Sauf indication contraire, les oeuvres ont été traduites informatiquement. Les erreurs abondent ; les maladresses grammaticales sont fréquentes. Cependant, une certaine valeur s'en dégage peut-être.
Si vous vous sentez insatisfait par n'importe laquelle de ces traductions, mettez le livre à l'envers et oubliez toute signification. Si pour vous, certains de ces mots parviennent à exprimer quelque chose, bravo. La plupart de ces travaux sont non raffinés et à moitié cuits. J'aime à les laisser en pleine évolution... Beaucoup sont d'incongrus mutants ; mais parfois se diffuse une certaine beauté. Je crois que la majeure partie de la vie est tout aussi crue et inachevée. En ce sens, tous ces mots peuvent être vus comme authentiques, même si la plupart des traductions ne le sont pas.

T Newfields 5 août 2016 Taipei, Taiwan (Tr. Marie-Claire Picard)