Pommes de terre frites :

Sur la politique de l'indifférence

Vous voulez des frites ?
Je vous dis que nous sommes tous frits
parce que ceux qui contrôlent
se foutent parfaitement de vous ou moi.

Tout ce qu'ils veulent,
c'est leurs hamburgers livrés à temps,
avec la bonne quantité de laitue
et des petits pains parfaitement découpés.

Qui se soucie du ketchup parfois répandu sur les sols des cuisines,
ou des employés sous payés y travaillant ?

Est-ce que quiconque se soucie de savoir
si ces hamburgers de merde sont remplis d'hormones bizarres,
si les serviettes proviennent des forêts tropicales
ou les tomates épissées génétiquement ?

Vous avez commandé le numéro six, non ?
Le voilà ; vous l'avez demandé.

Passez une bonne journée !
Kris : L'indifférence massive : n'est-ce pas là la racine de la plupart des problèmes ?
Tim : En effet. Le capitalisme institutionnalise l'indifférence. Quand les gens deviennent des marchandises jetables, la société dans son ensemble est comme creuse. Nous avons besoin d'un métacommentaire courbe capable d'unifier sans à-coups le disparate et l'égoïsme de l'humanité.
Sam : (avec impatience) : Ouais, ouais ; j'ai déjà entendu ces conneries. C'est quand le prochain dessin animé ?